<< | Musique | Une page web de Gilles Tabary. Simple délibérément
Musique traditionnelle Irlandaise. Apprendre la flûte traversière irlandaise. Le souffle: astuces, exos, expériences. Dublin - 16 octobre 2004

[Mai 2011: A l'époque où j'ai écrit cette page il n'existait pas - à ma connaissance - d'équivalent simple en Français sur le net. Ca a peut être changé depuis.] Vous démarrez, ou continuez, la flûte traversière irlandaise. Après la prise en main, la première tâche est la recherche du timbre. C'est-à-dire obtenir un son fort, complet. On parle entre autre du "hard D". Flûte Desi
Flûte en D - Résine
Desi Serry - Bray
Il faut trouver la bonne position des lèvres, de la tête, du corps et le souffle pour produire le son complet. En fait ça n'est pas si impossible que ça. En faisant de temps en temps de petites expérimentations on a grand plaisir à entendre de nets progrès. Ces expérimentations pourraient sembler fastidieuses ! Pas dans mon ressenti : ça n'est que la recherche d'un bon son qui a de la consistance, du "gras" et donc au contraire ça fait plaisir de chercher et de trouver ! Ces exos sont une collection de conseils obtenus du fabriquant Desi Serry dans son atelier de Bray, de June McCormac prof de flûte à Dublin, de Brian (créateur de TunePal) un ami qui m'a introduit à la flûte quand je commençais et d'autres nombreuses rencontres.

Ecoutez du bon son
Ecoutez, écoutez, écoutez... du bon son. Par exemple Conal O'Grada "Top of Coom" ou encore Mat Molloy ou June McCormack ou Harry Bradley... Et imitez... si vous le pouvez :-) .

Pincer les lèvres
Voyez l'astuce de la trompette: ça aide vraiment.

La longue note
Sur un E ou un F (5 ou 4 trous bouchés), soufflez la note octave basse le plus longtemp possible. 30 secondes est très bon. Il faut bien entendu viser une note bien uniforme.

Le saut de note
En partant d'une note octave basse, sans arrêter de souffler, passer à l'octave supérieur. Par exemple: E -> E'

Les 5 notes
Sur un E ou un F, essayer d'obtenir 5 notes seulement grâce au souffle. Il faut beaucoup expérimenter.

La trompette ou le trombone
Trouvez un copain qui a un de ces instrument et apprenez a souffler une note. Puis soufflez des notes de plus en plus hautes. Au delà de certain tons, il n'y a pas d'autre moyen que de mettre une pression terrible au niveau des abdominaux. Bingo ! C'est en fait ce qu'on recherche avec la flûte, même si il n'y a pas besoin de tant de pression. Quoi que... voir plus bas.

La bougie
Allumez une bougie et (sans instrument), soufflez lèvres pincées, vers la flamme. Il faudrait que la flamme ne vacille pas, reste penchée. C'est difficile.

Le D enragé
Alors vous bloquez 20 minutes vous cherchez à produire le plus adorable D du monde : le plus chaud, le plus dur, le plus complet. Et on y vas encore et encore. Le Ré bas est la note la plus dure de la flûte à jouer. Ca y'est. On cherche le "hard D". C'est le D (ou ré) de l'octave basse joué si bien qu'il est juste sur le point de devenir un D haut ou encore D'. Il faut souffler pas mal tout en cherchant comme d'habitude l'économie.

Respiration ventrale : la capacité.
Oui ça existe. C'est très simple: On cherche à augmenter sa capacité respiratoire pour avoir plus d'autonomie de jeu. (La "colonne d'air" et autre blabla ne m'ont jamais servis a rien du tout.) Comprendre qu'on peut gonfler 1) son thorax 2) "vers le bas" son "estomac" 3) les deux en même temps et donc avoir plus d'air. On peut par example, s'allonger, poser un gros dico sur son ventre, inspirer puis: expirer lentement tout en maintenant le dico à la même hauteur le plus longtemps possible.
Les histoires de colonne d'air sont très simple: si on est tordu (tête de côté, penchée, dos courbé dans un sens ou un autre) et bien on respire mal. Ni plus. Ni moins.

Respiration ventrale : la pression.
Quelques conseils obtenus de Eamon Cotter en Juillet 2005 à Miltown Malbay, Willie Clancy week.
Il faudrait pouvoir encaisser des coups de poings sur le ventre pendant qu'on produit le son, sans que ce son se déteriore ! Cela suppose une tension abdominale forte non ? Cela semble confirmer le besoin de "préssion" ventrale. Très graphiquement Eamon nous à raconté que lors d'une master-classe de flûte classique, l'enseignant lui à demandé de lui mettre des coups dans l'estomac ! Rigolo. Et... démonstratif. Mais, ce jour là, Eamon n'a pas accepté que je lui en administre.

Inspirer
Imaginer que l'on baille lors d'une inspiration.
Imaginer ses poumons comme une poche de cornemuse : on ne vide jamais completement.

Le miroir
Jouer en face d'un miroir.


Vous voulez plus d'infos ? Pourquoi de tel exos ? Intéressé par l'envers du décor ? Voila voila:

Ecoutez du bon son
On ne peut pas tenter de produire quelquechose qu'on ne conçoit pas. Il FAUT écouter un joueur produire du son, et tenter d'imiter. Prenez une note et explorez/expérimentez jusqu'à obtenir le son. Aussi longtemps qu'il le faut. De toute manière, on a tout le temps non ?
Soyez ambitieux : écoutez des joueurs de style nord Irlandais, au son super agressif, super fort. Vous pourrez par la suite changer pour un style plus doux, mais pas faire l'inverse.
Le son... c'est le graal. Trouver le son et jubiler.

Pincer les lèvres
Important car évite l'essoufflement. Attention, c'est contre intuitif : il faut dépenser plus d'air sur l'octave inférieure et non pas sur l'octave sup.

La longue note
Apprendre à respirer profondément (respiration ventrale), à contrôler le souffle. Vous ne parviendrez pas à la longue note si vous ne pincez pas les lèvres. Il faut bien sûre rechercher une note bien continue sans à-coups. C'est difficile. Super pour s'auto évaluer.

Le saut de note
Un des meilleur exo possible. Force à pincer les lèvres en passant à l'octave supérieur. Il faut faire un saut continu (sans arrêter de souffler).

Les 5 notes
Force à expérimenter avec - les lèvres - la pression ventrale. Vous ferez des découvertes surprenantes. On peut obtenir des notes très hautes avec très peu d'air. Cet exo est terrible pour les oreilles des voisins mais génial pour le souffle.

La trompette ou le trombone
Pour sortir une note avec cet instrument il faut pincer les lèvres. Il n'y a pas d'autre moyen. Donc vous saurez quand et comment c'est de pincer les lèvres. Ensuite, c'est une illumination que de comprendre la pression ventrale. Pour des notes hautes rien à faire sans.

La bougie
Contrôle et régularité du souffle. Aussi permet peut être de sentir la direction du souffle. Je suis moins enthousiaste sur cet exo.

le D enragé
Aucun secret il faut le bosser. Peut être un petit coup d'accordeur électronique de temps en temps pour vérifier qu'on a pas un superbe hard low D... faux.

Respiration ventrale
Certain disent que le yoga est bon pour ça. Jamais fait.

Inspirer
Bailler : quand on baille, on ouvre naturellement très bien les voies respiratoires. On peut inspirer plus rapidement, plus silencieusement. En fait ou peut même chercher à imaginer qu'on baille tout en souflant.
Ne pas vider ses poumons completement : cela évite de faire la course à l'air.

Le miroir
Se regarder dans les yeux place automatiquement en position correcte: droite. Encore faut il se tenir face au miroir. Incidemment ça permet aussi d'observer le travail des lèvres. Une pratique qui semble anodine, et pourtant qui paye vraiment beaucoup. On devrait avoir un miroir en permanence là où on souffle l'instrument.

Bonne quête du timbre, and keep goin' !

Valid CSS! Valid XHTML 1.0 Strict Comptenotes Contact: voir page d'acceuil.